Gestion locative, couverture contre les risques locatifs et GRL

Bonne gestion locative pour sécuriser la rentabilité locative

Comment optimiser ma fiscalité en défiscalisant dans l'immobilier

Une bonne gestion locative est primordiale pour garantir à votre investissement une rentabilité locative maximale.

Qui dit investissement locatif, dit risques locatifs. Si une bonne sélection du locataire vous permet de minimiser ces risques locatifs, elle ne vous permet pas de les écarter définitivement, d'où la nécéssité de vous couvrir contre les différents risques locatifs de manière à sécuriser votre rentabilité locative.

Les risques locatifs les plus courants sont les risques liés aux loyers impayés, à la déteriorisation de vote logement, et à l'abscence de locataires.

Il existe un certain nombre de couvertures plus ou moins performantes pour vous protéger correctement des risques locatifs.

C'est pourquoi en défiscalisation immobilière par exemple nous vous conseillons vivement, d'opter pour des solutions packagées comprenant entre autres les différentes assurances locatives et d'étudier à la loupe les closes de chaque couverture.

Garantie des risques locatif : Zoom sur la GRL

La Garantie des Risques Locatifs (GRL) est une couverture conseillée par l'état aux bailleurs pour se potéger des risques locatifs (Non paiement des loyers, dégradations immobilières, protection juridique...). Elle peut être utilisée pour une mise en location de logement acquis en loi Scellier classique ou intermédaire en 2010.

La GRL a été modifiée fin 2009 pour, d'après le secrétaire d'état au logement, pour "éviter beaucoup de discriminations au logement, lutter contre les expulsions locatives, et rassurer les propriétaires qui pourront mettre leur bien sur le marché locatif".

Cette nouvelle version de la GRL est proposée aux bailleurs sur la base du volontariat et sera proposée exclusivement par les assureurs pour couvrir le risque d'impayés des locataires ayant un taux d'effort inférieur ou égal à 50 % (effort locatif par rapport à leurs ressources). L'État et Action Logement prennent alors le rôle de réassureur afin de couvrir « la sur-sinistralité » liée aux défaillances des locataires ayant un taux d'effort compris entre 28 et 50 %. L'État se porte garant des fonctionnaires, des ménages bénéficiant des minimas sociaux et des professions non salariées (agriculteurs, artisans, professions libérales) alors qu'Action Logement garantira les les salariés, les retraités, les jeunes et les étudiants bénéficiant d'une bourse. Les trois décrets relatifs à la nouvelle GRL, aux fonds de garantie des risques locatifs et au cahier des charges ont été publiés au Journal officiel du 26 décembre 2009.

Le coût de la GRL est de l'ordre de 2,5% du montant du loyer y compris les charges, c'est une couverture, efficace et nécessaire aujourd'hui pour un meilleur accès au logement.